spip_logo
5 juillet 2016, par Claude Dargent

Une modification du Plan Local d’Urbanisme favorable au logement social

un rééquilibrage nécessaire dans l’ouest Parisien


Chers collègues,

Je commencerai par un constat sur lequel nous pourrons je crois nous accorder : les déclarations intervenues sur les modifications du Plan Local d’urbanisme dont nous débattons aujourd’hui montrent s’il en était besoin la profondeur des désaccords qui séparent la droite et la gauche de cet l’hémicycle sur l’avenir de notre ville.

Elles établissent également – et là, nous serons moins d’accord – combien la droite défend les intérêts de quelques-uns, ou plutôt d’ailleurs les intérêts qu’elle leur prête, tandis que la Ville poursuit des objectifs d’intérêt général.

Mieux : il s’agit d’abord pour l’exécutif de satisfaire à une obligation légale : que Paris atteigne le seuil fixé par la loi de 25% de logement sociaux. La loi – je le rappelle aux députés de droite qui siègent dans notre Assemblée – a en effet fixé cet objectif à cause de la difficulté que nos concitoyens éprouvent dans leur recherche de logement. Et cette difficulté est tellement accrue dans notre agglomération que Anne Hidalgo a proposé de porter cet objectif à 30% dans notre Ville – ce que les Parisiennes et Parisiens ont ratifié en l’élisant maire de Paris.

A ce mouvement, les arrondissements de l’Ouest parisien, très en retard pour des raisons historiques, doivent apporter une contribution évidente. Or, les arguments développés par la droite pour refuser cette évolution sont d’une pauvreté déconcertante. Le Maire du 15e a par exemple pour habitude de comparer les taux actuels de cet arrondissement à ceux atteint dans le centre de Paris. Il le sait très bien, les possibilités de construction dans un grand arrondissement périphérique comme le 15e n’ont rien de commun avec ceux existant dans le centre où il n’est pas besoin d’être un professionnel de l’urbanisme pour constater que le tissu urbain y est beaucoup plus contraint. Malgré cela, la progression du logement social ces dernières années y est souvent d’ailleurs bien plus forte que le 15e.

Le Maire du 15e l’a dit explicitement il y a quinze jours, il ne veut pas voir arriver dans l’arrondissement des Parisiens venant du Nord et de l’Est de Paris.

La droite n’est d’ailleurs pas à une contradiction près : réclamer comme elle le fait que l’attribution des logements sociaux du 15e soit réservée aux demandeurs du 15e devrait l’amener à demander toujours davantage de logement PLAI et moins de logements PLUS réservés aux classes moyennes alors qu’elle fait systématiquement l’inverse. Dans le 15e comme ailleurs, moins de 10% des demandes enregistrées émanent en effet de cette dernière catégorie. Je vous renvoie en la matière aux études de l’APUR tellement précieuses en matière d’analyse urbaine.

Alors évidemment, les réserves pour le logement social prévues dans l’Ouest parisien sont largement critiquées par leurs maires. Celui du 15e ne demandait pas moins que la suppression de 7 réserves anciennes et de 21 nouvelles, avec un argument fréquent : elles sont trop souvent situées dans le Sud de l’arrondissement, moins dépourvu en logements sociaux que sa moitié Nord. Mais cet argument perd toute sa crédibilité quand on constate que la droite ne formule aucune proposition alternative.

Elle ne veut pas des logements sociaux dans le 15e là où la Ville l’imagine, mais vous n’en veut pas non plus ailleurs. Elle ne veut d’ailleurs pas non plus de solutions d’hébergement pour les migrants ni les SDF comme les comportements récents du Maire du 15e en attestent tristement.

L’horizon de la droite, c’est la situation décrite avec pertinence par mes collègues sociologues Pinçon-Charlot : celle de ghettos de riches, repliés dans un entre soi égoïste. Les élus socialistes et de gauche ont de Paris la vision inverse, celle que cette délibération incarne : une ville ouverte, caractérisée par la mixité sociale, et restant en cela fidèle à son Histoire et à son message au monde.

spip_news

spip_agenda

Espace privé
Conception et réalisation © La Fleur Design